Madame Muriel

Madame Muriel a le regard bruyant et la parole silencieuse.
Mais ce n'est pas sa faute vous savez.
Elle aimerait bien être comme vous, papoter à tout va, parler de la pluie et du beau temps et critiquer les passants.
Madame Muriel a une maladie, "la tremblote" comme elle dit…
Comme un brouillard d'hiver qui lui engourdit les doigts et l'esprit.
Et puis de toutes façons elle n'a jamais aimé l'hiver, l'hiver c'est triste comme elle dit.
Madame Muriel a trois enfants : Laurent, Audrey et Stéphanie.
Elle dit que Laurent profite de la vie, il ne travaille pas et ça lui suffit.
Stéphanie à deux grands garçons et vit près d'ici.
Il y a un mois Madame Muriel a perdu son mari, Léon.
Et quand elle y pense, de ses yeux tombent quelques larmes, sans s'en rendre compte…
Elle s'arrête de parler, y réfléchit, mais "ça va passer" comme elle dit.
Depuis elle doit vivre chez sa fille Audrey, à cause de cette fameuse maladie.
La tremblote c'est pénible, ça énerve et ça fatigue aussi.
Mais ça on n'y peut rien, c'est la vie comme on dit…

Léon c'était un gentil, il râlait un peu mais c'était un bon mari.
Un italien grutier de métier, c'est un ami à lui qui les avait présentés.
C'était un travailleur, jamais malade le Léon.
Il aimait jouer à la pétanque même s'il n'y gagnait jamais.
Et quand elle raconte ça, bien accrochée à son mouchoir qui tremblote comme ses mains toute jolies, Madame Muriel sourit.
A ce moment là il y a comme une lueur d'espoir qui s'illumine dans ses yeux bleus.
Et puis après une seconde ou deux, son visage change et elle ne sait plus ce que ses mots sont devenus...

Madame Muriel ne dit pas grand-chose mais n'en pense pas moins.
Et quand elle pense c'est un peu le fouillis, c'est cela sa maladie.

Avant Madame Muriel était cantinière dans une école de Villeneuve-sur-Lot.
Elle rajoute que c'est un peu embêtant pour elle de dire ça maintenant qu'elle ne peut plus éplucher une seule carotte !
Elle rit.
Elle ne connait plus l'adresse de son ancienne maison mais elle sait qu'elle était jolie.
Madame Muriel aime les roses, mais les roses orange.
Elle aime l'été aussi, parce que le soleil ça réconforte comme elle dit.
Et puis la sieste surtout, parce que lorsqu'on dort on n'a plus de soucis…

Elle s'arrête de parler, un peu.
Le temps de remettre de l'ordre dans ses idées, dans "son petit fouillis"...
Elle boit un peu d'eau en prenant doucement son verre, pour ne pas renverser.
Elle réajuste sa veste en laine bleue marine et ses gros boutons dorés.
Madame Muriel s'arrête quelques minutes et regarde le temps passer.
Elle regarde par la fenêtre les feuilles mortes et les papillons voler.
Elle semble un peu perdue, peut-être dans de jolis souvenirs dont elle ne se souvient plus l'année…

Et puis elle finit par rajouter qu'elle a trois petits-enfants, et c'est terminé.
Madame Muriel sourit mais elle est fatiguée…
Je la laisse donc avec ses souvenirs, ses jolies mains et son monde particulier.
Madame Muriel a la tremblote mais ce n'est pas sa faute vous savez…



"A toutes ces jolies petites mains indisciplinées, 
A tous ceux qui divaguent sans le faire exprès,
A Muriel que j'embrasse fort et qui m'a peut-être déjà oubliée…"







Commentaires

  1. Ca a l'air si simple, ce texte, simple comme cette adorable petite dame. Ca n'a pas l'air d'y toucher et pourtant.... Le trait semble léger , comme ça, en passant et pourtant...
    Madame Muriel le découvrira et re-découvrira...? peu importe! tant qu'il lui apportera un peu de chaleur et beaucoup d'affection. Car c'est vrai qu'ils ne sont pas loin, le froid, le gris, le sombre. Vous avez fait un beau texte consolateur, merci!

    RépondreSupprimer
  2. Des frissons et la larme à l'oeil, comme toujours. Mais une belle pensée pour cette petite Madame Muriel. Merci ma belle pour ce beau récit.

    RépondreSupprimer
  3. J'adore ta plume et la douceur avec laquelle elle glisse sur les mots, c'est comme une caresse de papillon qui dans son sillage laisserai son récit. Magique !

    RépondreSupprimer
  4. C'est très émouvant... La maladie... Quel qu'elle soit... Moi perso ça me fait peur, autant pour moi que pour mes proches ! Mais même si madame Muriel vous a déjà oublié... Vous... Vous ne l'oublierez pas...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés